Derniers sujets
» E book gratuit?
Jeu 24 Sep - 18:24 par Marie0305

» Complexe touristique New beach
Lun 3 Aoû - 14:43 par Invité

» KITEAL
Dim 12 Juil - 3:32 par Invité

» T-shirt personalisable
Mer 13 Mai - 9:16 par Invité

»  Ma musique douce
Dim 3 Mai - 14:49 par Marie0305

» Reine des neiges
Mar 28 Avr - 6:04 par jiji

» Tutoriel: Comment publier dans le Guide d'Oran
Ven 3 Avr - 12:32 par Dr Roguieg

» سلام عابر
Lun 23 Mar - 16:34 par KIFTOU

» Le Capricorne "Restaurant , Pizzeria , Salon de thé , Crémerie
Lun 16 Mar - 8:27 par Invité

» location villa ex Résidence cadres Sonatrach camp 5 Ain El Bia Oran
Lun 16 Fév - 20:38 par Invité

» presentation
Sam 24 Jan - 18:06 par mimi2015

» Quartier El Ryad
Sam 24 Jan - 17:50 par mimi2015

» rahim neggafette oran
Ven 16 Jan - 20:33 par Invité

» nutrition et médecine esthetique
Jeu 18 Déc - 10:56 par shamsdean

» les meilleurs producteurs de la qualité des documents fausses et authentiques
Sam 13 Déc - 6:06 par cincen09

Chat

De l'erreur au succès, le dôme d'Oran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De l'erreur au succès, le dôme d'Oran

Message par Admin le Mer 9 Avr - 19:44

De l'erreur au succès, le dôme d'Oran

«Ce nouveau symbole moderne de la ville est le fruit du hasard pour n’avoir été rendu possible que par une erreur de conception», écrit Djamel Benachour, journaliste au quotidien algérien El Watan. Dans les colonnes du 12 mars 2014, il présente le nouveau siège de la daïra d’Oran, dont la coupole conçue par l’agence espagnole Estudio 030 «attire l’attention».

Ouvert très récemment, le nouveau siège de la daïra d’Oran n’est pas à proprement parler un joyau architectural, mais c’est sa coupole ovoïde en verre qui attire l’attention.

Celle-ci n’est malheureusement pas mise en valeur, car cachée par la façade principale du bâtiment qu’on découvre depuis la route à grande circulation venant du port. Ayant fait l’objet d’un avis d’appel d’offres international indépendamment du reste de l’édifice, déjà réalisé en 2012, c’est le projet de l’architecte espagnol Vicente Zarragoza, du bureau Estudio 030, qui a remporté le concours.

Au début, on avait prévu une coupole en béton, mais à cause d’un certain nombre de problèmes techniques soulevés notamment par le CTC (organisme public de contrôle), on s’est rendu compte que ce n’était pas possible, d’où l’option d’une structure plus légère sur cette ouverture de 24m de diamètre», explique d’emblée l’auteur de l’ouvrage qui est intervenu jeudi [20 février 2014 à 18h00, ndlr.] à l’Institut français d’Oran à l’occasion de la Journée de la ville.

Il a retracé les étapes de la réalisation, à commencer par la conception qui conjugue l’ère du numérique aux nouvelles tendances artistiques. Ce nouveau «symbole moderne de la ville», tel que décrit dans l’intitulé de la conférence, est donc le fruit du hasard pour n’avoir été rendu possible que grâce à une erreur de conception.

Le résultat vaut le détour. Hormis les modélisations par l’outil informatique pour optimiser les coûts, les économies d’énergie, le confort thermique, l’acoustique, etc., l’architecte a évoqué l’influence subie des courants artistiques les plus actuels et caractérisés par un esprit de «dématérialisation», c’est-à-dire une conception de structures ou de formes s’effaçant graduellement dans le paysage environnant.


La structure métallique de la coupole est pensée en méridiens et parallèles dont les intersections déterminent les diverses dimensions des panneaux en verre (les plus grands sont de 5m sur 3) fabriqués localement [...].

Le projet se veut très contemporain, car très respectueux des exigences environnementales (économie d’énergie), mais un dôme en verre dans une région relativement très chaude peut paraître inapproprié. Pour résoudre ce paradoxe, Vicente Zarragoza a introduit deux solutions : des ouvertures à la base et au sommet du dôme pour permettre une circulation de l’air et des panneaux réflecteurs (brise-soleil intérieurs) tout le long des lignes parallèles pour atténuer la pénétration des rayons solaires.

Une climatisation et un éclairage naturels évitent des dépenses inutiles durant la journée et, pour la nuit, ce sont des lampes de type LED qui sont installées pour prendre le relais. De l’intérieur, on a l’impression d’être sous la voûte céleste ponctuée d’étoiles, ce qui rejoint la notion artistique de dématérialisation.


On peut penser à juste titre que très peu de gens ont la possibilité d’admirer ce paysage, le bâtiment à vocation administrative n’ouvrant que durant les horaires de bureau, mais il faut savoir que cet édifice a été prévu au départ pour abriter le siège de l’Assemblée populaire de wilaya (APW).

«A mon époque, on avait imaginé un auditorium de 500 places avec des parkings et tout le nécessaire pour que le siège de l’Assemblée sorte de la wilaya, mais juste après, le projet a été requalifié», indique par ailleurs Djelloul Brahma, ancien président de l’APW, devenu sénateur par la suite.

L’ouverture de cette nouvelle daïra est une aubaine pour les usagers (cadre d’accueil agréable), mais un cauchemar pour la circulation. Situé dans un même périmètre, le grand rond-point de la cité Djamel, son dôme fait écho à la coupole qui surplombe la nouvelle grande mosquée Ben Badis (projet en cours) et celle du siège de Sonatrach, activité Aval.


Djamel Benachour | El Watan

avatar
Admin
Admin
Admin

Réputation : 13

Voir le profil de l'utilisateur http://oran.forumactif.pro

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum