Derniers sujets
» E book gratuit?
Jeu 24 Sep - 18:24 par Marie0305

» Complexe touristique New beach
Lun 3 Aoû - 14:43 par Invité

» KITEAL
Dim 12 Juil - 3:32 par Invité

» T-shirt personalisable
Mer 13 Mai - 9:16 par Invité

»  Ma musique douce
Dim 3 Mai - 14:49 par Marie0305

» Reine des neiges
Mar 28 Avr - 6:04 par jiji

» Tutoriel: Comment publier dans le Guide d'Oran
Ven 3 Avr - 12:32 par Dr Roguieg

» سلام عابر
Lun 23 Mar - 16:34 par KIFTOU

» Le Capricorne "Restaurant , Pizzeria , Salon de thé , Crémerie
Lun 16 Mar - 8:27 par Invité

» location villa ex Résidence cadres Sonatrach camp 5 Ain El Bia Oran
Lun 16 Fév - 20:38 par Invité

» presentation
Sam 24 Jan - 18:06 par mimi2015

» Quartier El Ryad
Sam 24 Jan - 17:50 par mimi2015

» rahim neggafette oran
Ven 16 Jan - 20:33 par Invité

» nutrition et médecine esthetique
Jeu 18 Déc - 10:56 par shamsdean

» les meilleurs producteurs de la qualité des documents fausses et authentiques
Sam 13 Déc - 6:06 par cincen09

Chat

Avec la méga station de dessalement d’El Maqtaâ, Oran devient excédentaire en eau potable

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Avec la méga station de dessalement d’El Maqtaâ, Oran devient excédentaire en eau potable

Message par Admin le Sam 1 Juin - 21:46

La plus grande usine de dessalement d’eau de mer au monde rentrera en service en août prochain, dans la localité d’El Maqtaâ, commune de Mers El Hadjadj, dans la wilaya d’Oran. Avec deux ans de retards sur les délais, la station a été réalisée par Hyflux, société Singapourienne. Les détails du projet.

Avec une capacité de production journalière de 500.000 m3, l’usine de dessalement d’eau de mer d’El Maqtaâ est la plus grande au monde. Elle permettra de couvrir l’ensemble de la demande de la wilaya d’Oran dont les besoins actuels tournent autour de 350.000 m3/jour. La production excédentaire sera destinée à alimenter une partie des besoins des wilayas de Mostaganem, Mascara et Relizane. Il s’agit d’un investissement de l’ordre de 492 millions de dollars, financé à hauteur de 70 % sous forme d’emprunt bancaire (Banque Nationale d’Algérie - BNA) et de 30 % sur fond propre des trois actionnaires composant la Société du projet « Tahlyat Myah Maqtaâ » (TMM). Une société par action détenue à 43 % par Algerian Energy Company (AEC SPA), à 10% par l’Algérienne des eaux (EP ADE) et à 47% par Menaspring Pte Ltd (Singapour). Les deux acheteurs de l’eau produite par l’usine d’El Maqtaâ seront Sonatrach et l’ADE à la faveur d’un contrat-vente achat d’eau (CVAE) d’une durée de 30 ans. L’exploitation de l’usine sera confiée quant à elle à Hyflux Operation & Maintenance Algérie (HOMA).

Pour rappel, le groupe Hyflux de Singapour avait remporté le projet de l’usine de dessalement de Maqtaâ devant cinq compagnies et consortiums concurrents grâce à un modèle "build own and operate" (BOO). L'offre de Hyflux était basée sur un prix du mètre cube (PMC) de 0,5577 dollar US (USD). Parmi les concurrents de Hyflux figuraient deux consortiums espagnols : Befesa-Sadyt Somague (PMC 0,62 dollar - montant d’investissent de 587 millions USD) et Inima-Aqualia (PMC 0,64 dollar et un investissement de 498 millions USD). Un consortium anglo-algéro-japonais Biwater-Toray-Arcofina était également de la course avec un PMC de 0,797 dollar et un investissement de 619 millions USD. Un autre groupe espagnol Acciona-Agua avait soumissionné à un PMC de 0,798 dollar et un investissement de 709 millions USD), ainsi qu'un groupement américano-égyptien, GE Water-Orascom, (PMC 0,85 dollar et un investissement de 870 millions USD).

Livrée avec deux ans de retard

Aussi, note-t-on, l’usine de Maqtaâ sera livrée avec un retard de deux années sur le délai contractuel fixé à 36 mois. Un retard qu’on explique par deux facteurs majeurs. L’alimentation de l’usine en énergie électrique qui avait tardé à se faire, ainsi que l’incendie qui a touché l’année dernière l’unité de stockage des membranes. Par ailleurs, et pour ce qui est du processus de dessalement utilisé, il s’agit de la technologie dite de l’osmose inverse. Une technologie, que les ingénieurs de Hyflux, qualifient de peu polluante car n’utilisant pas de produits chimiques, comparée à d’autres procédés adoptés dans les anciennes stations de dessalement. Reste, toutefois, la question relative aux rejets de saumures en mer après processus de dessalement. Des rejets trop riches en sel qui peuvent être nocives pour la flore et la faune marines, selon les écologistes. A ce propos, le ministre des ressources en eau, Hocine Necib, avait appelé, lors d’une visite effectuée au cours du mois de mai à l’usine, les responsables de la méga station à penser, dès maintenant, à la possibilité de récupérer ces saumures pour les utiliser à des fins industrielles et éviter ainsi leur rejet en mer. Ces saumures, note-t-on, sont hautement concentrées en sel (62 mg/litre) ce qui représente près du double de la concentration en sel de l’eau de mer, (37 mg/litre).

Fini le stress hydrique à Oran

Par ailleurs et selon le directeur des ressources en eau (DRE) de la wilaya d’Oran, Djelloul Terchoune, "Oran a réussit, au cours des dix dernières années à passer du statut de wilaya déficitaire en ressources en eau à une wilaya quasiment excédentaire". En 2013, a-t-il indiqué, "la dotation brute par habitant est de 200 litres/jour. L’alimentation en H24 touche 99,7 % de la population. Les besoins en AEP de la wilaya sont estimés à 325.000 m3/jours alors que la production avoisine les 350.000 m3." Le même responsable note que la wilaya dispose d’un "réseau linéaire d’AEP estimé à 2.773 km de conduites, équipé de 49 stations de pompage, 73 forages et puits, 03 stations de dessalement, une unité de déminéralisation et 194 réservoirs". Selon la Société de eaux d’Oran (SEOR), les besoins quotidiens de la wilaya sont satisfaits à partir de : la station de déminéralisation de Brédéâ avec un apport variant entre 15.000 et 20.000 m3/jour, la station de dessalement d’eau de mer de Mostaganem qui apporte à la wilaya entre 76.000 et 80.000 m3/jour, le transfert MAO avec 120.000 à 125.000 m3/jour, le transfert Tafna (150.000 m3) et la station de dessalement Kahrama (jusqu’à 60.000 m3). Le reste des ressources provient des puits et forages qui apportent entre 6.000 et 8.000 m3/jour.



Source: Maghreb emergent
avatar
Admin
Admin
Admin

Réputation : 13

Voir le profil de l'utilisateur http://oran.forumactif.pro

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum